Vous lisez

Les "Suis-moi si je te suis" La tendance sur Twitter doit mourir

Social Media Updates

Les "Suis-moi si je te suis" La tendance sur Twitter doit mourir

J’aime Twitter. C’est l’une de mes plateformes préférées pour communiquer avec les gens. C’est rapide, c’est facile et c’est concis. Je reçois du contenu de personnes dont j’ai choisi manuellement d’obtenir du contenu, et je ne suis exposé qu’à ce que je veux ou à quoi je choisis d’être exposé.

J’utilise TweetDeck pour gérer les différentes poignées Twitter que j’exploite, et j’ai environ 9 à 10 colonnes ouvertes qui vont des notifications pour les comptes à leurs flux d’accueil, en passant par le suivi d’un hashtag de mon choix et la vérification des mentions de domaine particulières.

Je suppose donc que TweetDeck m’a fait aimer encore plus Twitter, car il me donne une façon sublime de gérer mon compte.

Cependant, il y a beaucoup de choses qui viennent avec le fait d’être un gros utilisateur de Twitter. Il y a beaucoup de suivi, de surveillance, d’optimisation, de réponse et de suivi à faire. J’utilise un outil pour suivre le nombre de désabonnements hebdomadaires, car je pense que c’est une mesure extrêmement importante à suivre.

En plus de connaître le nombre de personnes qui ne suivent pas mes comptes sur une base hebdomadaire, je vois aussi qui ne me suit plus. Je passe en revue leurs profils pour voir de quel milieu ils viennent. L’un des comptes Twitter que je gère contient principalement des tweets sur des actualités et des développements intéressants sur les médias sociaux et la gestion de communauté. Donc si quelqu’un qui s’est désabonné de ce compte est un petit resto du sud de la France, je n’y pense pas beaucoup. C’est bon.

Si la personne qui m’a désabonné est un spécialiste du marketing des médias sociaux, je m’inquiète. N’ont-ils pas aimé mon contenu ? Est-ce que je tweetais trop souvent ? Ai-je fait une remarque qu’ils n’aimaient pas ?

C’est pourquoi, après avoir analysé les désabonnements, je contacte les personnes, envoie un tweet, disant qu’il est regrettable qu’elles ne m’aient plus abonné et que je leur serais très reconnaissante s’ils me faisaient savoir pourquoi ils se sont désabonnés du compte. Cela leur montre qu’ils ne sont pas seulement un numéro pour moi, et que je me soucie honnêtement de leur opinion et que je veux savoir s’il y a quelque chose que je fais mal sur Twitter à leurs yeux.

Et c’est là que ça a commencé.

J’ai remarqué que beaucoup de personnes qui ne m’ont pas suivi avaient un rapport proche de 1:1 en ce qui concerne les « suiveurs » et les « suiveurs ». Ils suivaient 1 428 personnes et comptaient 1 490 abonnés. Ou ils suivaient 5 092 personnes et ils avaient 4 908 abonnés. Cela me parait extrêmement étrange. Bien sûr, si un de vos amis vous suit sur Twitter, vous vous rendez compte : « Oh, hé ! Sam est aussi sur Twitter ! » et vous suivez Sam en retour.

Mais est-ce que cela se produit avec chaque suivi que vous obtenez ?

Lorsque j’ai envoyé ces tweets, j’ai reçu un taux de réponse décent. Certaines personnes ont dit qu’elles m’avaient « accidentellement » désabonnée lorsqu’elles « nettoyaient » leur liste et qu’elles ont rapidement recommencé à me suivre. Certaines personnes ont dit que mon contenu n’était plus pertinent pour elles parce qu’elles travaillaient dans les relations publiques ou qu’elles étaient des gars inconditionnels du SEM, pas tout à fait dans la catégorie Community Management.

Et certaines personnes m’ont carrément dit qu’elles avaient arrêté de me suivre parce que je ne les suivais pas.

C’est bizarre, superficiel, mais surtout insultant.

Laissez-moi vous dire pourquoi.

Leur dicton, qui se traduit grossièrement par : « Je ne m’intéresse pas à votre contenu. Je vous suis uniquement pour que vous puissiez me suivre en retour et que je puisse obtenir un +1 pour le nombre total d’abonnés. De cette façon, mon compte a l’air un peu plus authentique, je me présente comme un « influenceur » et les chances que les gens me suivent ou me respectent en tant qu’autorité sont plus élevées. »

Et pour moi, l’idée que ces personnes utilisent Twitter s’effondre là. Si, en tant que professionnel, vous suivez des personnes uniquement pour obtenir des retours, vous pouvez aussi bien ne pas être dans l’entreprise. Si c’est la seule stratégie que vous devez suivre, vous ne devriez pas être un stratège des médias sociaux.

« Suivez-moi si je vous suis » devrait disparaître dans l’industrie des médias sociaux. Laissez les adolescents le faire. En tant que stratèges, nous savons mieux et recourons à de meilleures méthodes pour augmenter le nombre de nos abonnés.

Vous savez, en partageant du contenu intéressant. En vous engageant réellement avec les personnes qui vous tweetent, en étant réellement quelqu’un qui mérite d’être suivi pour les opinions que vous avez et pour votre niveau d’information.

Pas parce que vous allez les suivre et vous réduire, vous et eux, à un simple numéro sur un profil Twitter.