Vous lisez

À qui appartient votre contenu en ligne ?

Social Media Updates

À qui appartient votre contenu en ligne ?

propriété du contenu en ligneMyspace est entré dans l’eau chaude l’année dernière pour avoir supprimé des années d’articles de blog d’utilisateurs avant sa relance. Il y avait un tollé de la part des utilisateurs, et en réponse Myspace a créé un outil d’exportation pour leur permettre de télécharger leurs anciens messages depuis le site.

Les utilisateurs avaient-ils raison de s’énerver ? Myspace a-t-il dû remettre d’anciens messages à des utilisateurs dont les comptes avaient été supprimés ?

La réponse courte est que, légalement, il n’avait rien à faire.

Quels sont vos droits sur le contenu que vous publiez ?

Si vous publiez régulièrement du contenu sur un réseau social ou une plate-forme de blogs, vous devez tenir compte de deux problèmes :

  1. Qui détient les droits sur le contenu que vous publiez ?
  2. La disponibilité de la plateforme sur laquelle le contenu apparaît.

Voyons d’abord qui détient les droits sur le contenu. C’est assez simple : si vous avez créé le contenu, vous en êtes le propriétaire. C’est-à-dire, en supposant que vous n’ayez pas cédé de droits à une autre partie (par exemple, une entreprise qui vous a payé pour créer le contenu) – et cela n’enfreint pas le droit d’auteur. Voir mon article de blog sur l’utilisation de photos dans les médias sociaux.

Ce que vous ne possédez pas, bien évidemment, c’est la plate-forme sur laquelle vous publiez ce contenu.

Si vous publiez sur WordPress ou Facebook, par exemple, vous comptez sur la disponibilité de la plate-forme pour héberger votre contenu pour vous. Vous n’avez pas automatiquement le droit de vous attendre à ce que les personnes de cette plate-forme le fassent.

La plupart du temps, ce sont des services gratuits. Le propriétaire de la plate-forme ne pouvait pas garantir la disponibilité du service – la gestion du risque juridique serait trop importante. Et s’il faisait faillite ou était acheté ? Il doit conserver le droit de supprimer le contenu ou de suspendre les utilisateurs.

Lire les termes et conditions

Comme toujours, le détail est dans le contrat : les termes et conditions que si peu de gens lisent jusqu’à ce qu’il soit trop tard.

Les principales plateformes de réseaux sociaux et de blogs se réservent le droit de résilier ou de suspendre le service à leur discrétion, à tout moment.

En gros, ce qui varie, c’est la façon dont chaque plate-forme communique cela. Conditions d’utilisation de Google (pour toutes ses propriétés, y compris Blogger et Google+), dites : « Si nous interrompons un service, dans la mesure du possible, nous vous donnerons un préavis raisonnable et vous donnerons la possibilité d’obtenir des informations sur ce service.« 

Il s’agit d’une déclaration inhabituellement conviviale, et Google est la plus explicite des principales plates-formes sur la question de la diffusion d’informations en cas de suspension de service.

En juillet 2013, Tumblr (racheté par Yahoo en mai 2013) a fermé le compte de Bohemea, une blogueuse comptant plus de 100 000 abonnés, après que la plateforme a reçu cinq plaintes selon lesquelles elle avait utilisé du matériel protégé par le droit d’auteur dans ses publications. Selon le blogueur, elle a proposé de retirer le matériel en question, mais n’a pas eu l’occasion de le faire.

Les conditions d’utilisation de Tumblr le disent « peut modifier, suspendre ou interrompre tout ou partie des Services à tout moment, y compris la disponibilité de tout produit, fonctionnalité, base de données ou Contenu… Tumblr peut également résilier ou suspendre des Comptes… à tout moment, à sa seule discrétion ».

Il était donc tout à fait dans son droit dans cette affaire. Parfois, une plate-forme ou un service peut ne pas avoir la ressource (ou l’envie) d’enquêter sur chaque plainte légale, et il peut être plus simple de supprimer la publication ou l’utilisateur à l’origine du problème. Les sites payants (et donc souvent ceux avec un meilleur financement) pourraient avoir plus de ressources pour pouvoir enquêter.

Ne risquez pas de perdre vos abonnés et votre travail acharné

Mais 100 000 abonnés sont durement gagnés, et encore plus difficiles à reconquérir après une suspension. Il existe un risque réel que vous perdiez tout ce pour quoi vous avez travaillé, si vous comptez uniquement sur une plate-forme tierce pour bâtir votre réputation ou votre audience.

Même si vous possédez le contenu que vous avez créé, vous pouvez, en acceptant les conditions d’un site, accorder à ce site une licence pour utiliser vos publications. C’est notamment le cas dans le cas de Facebook.

Les termes précisent : « Vous possédez tout le contenu et les informations que vous publiez sur Facebook et vous pouvez contrôler la façon dont ils sont partagés via votre intimité et paramètres de l’application. »

Cependant, il poursuit en disant: « Pour les contenus couverts par des droits de propriété intellectuelle, comme les photos et vidéos (contenu IP), vous nous donnez spécifiquement l’autorisation suivante, sous réserve de votre intimité et paramètres de l’application: vous nous accordez une licence mondiale non exclusive, transférable, sous-licenciable, libre de redevances pour utiliser tout contenu IP que vous publiez sur ou en relation avec Facebook (licence IP). Cette licence IP prend fin lorsque vous supprimez votre contenu IP ou votre compte, à moins que votre contenu n’ait été partagé avec d’autres et qu’ils ne l’aient pas supprimé.. »

Vous possédez donc votre contenu, mais vous ne pouvez pas contrôler entièrement où et comment il est utilisé par Facebook. C’est, après tout, un service gratuit (pour l’instant en tout cas – notez le terme qui dit « Nous ne garantissons pas que la plateforme sera toujours gratuite« ). C’est le compromis.

Comment protéger votre contenu

Que faire pour se protéger ? Voici ma liste de contrôle pour minimiser le risque de perdre votre contenu :

  • Lisez toujours les termes et conditions des plateformes que vous utilisez, afin de ne pas être pris au dépourvu
  • Minimisez le risque de suspension : respectez les conditions de la plateforme et vérifiez que vous n’enfreignez pas les droits d’auteur sur tout ce que vous publiez
  • Répondre rapidement à toute allégation de violation du droit d’auteur
  • Ne comptez jamais sur une plate-forme pour être le seul dépositaire de votre IP, ou de vos fans / followers
  • Envisagez de répartir le risque sur différentes plateformes
  • Ayez un plan B, en cas de panne de la plateforme ou de suspension de votre compte
  • Faites des sauvegardes de tout ce que vous publiez.

(contenu en ligne / shutterstock)