Digital Strategy

Créez-vous un nuage de données ?

Je fais souvent référence à ‘CV réseaux sociaux‘ en tant qu’ensemble d’activités en ligne et hors ligne dans lesquelles nous nous engageons tous en raison de ce que nous faisons, de notre façon de travailler, de nos liens, de ce que nous publions et des conversations que nous avons sur les réseaux sociaux.

Le concept de nuage de données capture une partie de cela, car nous parlons d’un système de réputation que nous créons délibérément (dans les pages « à propos de nous », les réseaux sociaux, les entrées de Wikipédia, etc.) ou dont nous héritons accidentellement (d’autres liens vers nous, les robots des moteurs de recherche nous indexant, etc.) sur la base d’informations numériques. Ces bits de données peuvent être étiquetés et indexés pour créer un nuage.

Il y a une très bonne discussion à ce sujet dans un article du lexicographe Orin Hargraves, au Thésaurus visuel. Si vous n’êtes pas déjà tombé sur ce génial thésaurus interactif, je vous le recommande vivement – oui il fonctionne sous la forme d’un nuage de données ! Ce n’est pas gratuit, mais pour moins de vingt dollars, ça vaut vraiment le coup.

Hargraves poursuit en disant que nous devrions considérer le nuage de données « comme autre chose qu’une jolie chose blanche et pelucheuse qui se faufile à l’horizon un après-midi d’été. Le nuage de données abrite beaucoup de choses curieuses : des bots, des araignées, rampants, gophers et autres créatures qui travaillent sans relâche nuit et jour, passant au crible, indexant, collectant, comparant et sans aucun doute, tirant des conclusions. »

Le cloud ne se produit pas par hasard. Nous le construisons, le colorons, le remodelons chaque fois que nous interagissons socialement dans nos mondes analogiques et numériques. Comme nos CV, nous « y mettons des choses et en retirons des choses » à mesure que nous avançons dans la vie. Pouvons-nous mieux gérer notre cloud ? Absolument. Tout comme nous nous désabonnerions des données qui nous parviennent, en « éliminant » les personnes de nos pages Facebook, nous pourrions et devrions nettoyer notre nuage de données périodiquement, car c’est finalement ce que nos CV incluront. Pas de puces, pas d’adjectifs exagérés, pas de références, mais un flux de données interactif.

Tout comme un thésaurus visuel.

Lien vers le message d’origineLien vers le message d’origine