Content Marketing

Écoles et médias sociaux

ImageLes médias sociaux ne sont plus un mot à la mode, une « nouvelle mode » ou la prochaine vague de… eh bien, n’importe quoi. C’est une partie bien consolidée et très courante de notre vie quotidienne, à la fois personnelle et professionnelle. Ce qui était autrefois le domaine des ados et des geeks abrite désormais grand-mère, cousin Eddie, votre pharmacie et restaurant préféré, ainsi que l’école de vos enfants. C’est cette dernière entrée qui devient un peu dérangeante dans certaines situations, et elle doit changer.

Bonnes intentions et mauvaises personnes

Ne vous méprenez pas, je pense que c’est formidable que l’éducation ait rejoint le monde des médias sociaux, et il y a des dizaines d’avantages auxquels la plupart d’entre nous pourraient penser à ce que les écoles de nos enfants utilisent Facebook pour les reconnaissances et les informations, Twitter pour les alertes, ou Pinterest pour les jolies photos de la journée sur le terrain ou du voyage de classe du mois dernier à l’aquarium ou au musée.

Le problème vient des garanties. Bien que les entreprises s’adaptent encore aux mesures de précaution avec leurs employés et les médias sociaux, la plupart sont bien engagées dans ce processus. Beaucoup ont déjà adopté des outils de gestion des médias sociaux pour s’assurer que leur marque et leur réputation ne soient pas endommagées par des publications négligentes d’employés cavaliers. C’est dans ce domaine, en ce qui concerne principalement la sécurité des enfants, que les établissements d’enseignement doivent élaborer des politiques, les former et les appliquer.

Tout d’abord, la page Facebook d’une classe de troisième ne devrait pas être publique, c’est juste du bon sens. Il n’y a aucune raison d’essayer de gagner des followers ou d’augmenter les likes pour la page sociale d’une école centrée sur les élèves et les parents. Ceux-ci doivent être des groupes fermés et privés qui ont pris soin d’inspecter leurs paramètres de confidentialité et qui les examinent régulièrement et de manière ciblée. Pourquoi? Parce qu’il y a de mauvaises personnes dans le monde aujourd’hui et qu’elles utilisent les médias sociaux pour trouver de nouvelles victimes. Aucun de nous ne veut que notre petit Jimmy ou Tiffany soit l’une de ces victimes.

Blâme et responsabilité tous azimuts

Les parents doivent faire partie de cette responsabilité, qui est un problème croissant en soi. Trop de parents considèrent les écoles comme une garderie d’une décennie pour leurs enfants, ce qui leur permet de continuer leur propre vie jusqu’au milieu de l’après-midi, moment auquel ils les abandonnent à une autre activité parascolaire pour plus de garde d’enfants. En ce qui concerne l’école des enfants utilisant les médias sociaux, les parents sont la seule ligne de défense si les écoles sont trop décontractées avec leurs enfants collés partout sur Internet.

Ce problème existe à tous les niveaux d’enseignement, des écoles primaires aux universités. Bien sûr, les enfants ont leurs propres comptes avec lesquels ils peuvent exposer leurs erreurs au monde à tout moment une fois qu’ils ont atteint un certain âge, mais cela ne signifie pas que leur école devrait être coupable d’aggraver le problème. Alors, que peut-on ou doit-on faire concrètement ?

Je ne suis pas un expert

Aux problèmes de sécurité à l’école, je veux dire. Je m’occupe des médias sociaux dans le cadre de mon travail, donc même si je n’ai peut-être pas mené de recherches approfondies ou consulté des experts en sécurité, j’ai deux cents à jeter dans la conversation.

Comme mentionné précédemment, la première ligne de défense à mon avis est de rendre toutes les pages sociales qui traitent des étudiants de quelque manière que ce soit 100% privées, accessibles uniquement à leurs enseignants directs, directeurs, parents et aux enfants eux-mêmes s’ils sont d’une capacité suffisante. l’âge et leurs parents les autorisent sur les sites sociaux. Ensuite, comme mentionné précédemment, les paramètres de sécurité doivent être ajustés bien au-delà des paramètres par défaut pour s’assurer que la confidentialité du groupe est bien établie et qu’elle est maintenue. Ce maintien doit être continu au fur et à mesure que les enseignants partent, que les enfants progressent dans les classes ou que tout autre changement se produit qui exclurait nécessairement quelqu’un de faire partie du groupe plus longtemps.

De plus, il ne devrait vraiment (à mon humble avis) pas y avoir de publications sur les réseaux sociaux de la part de l’école qui incluent des photos des élèves. Même avec des paramètres de confidentialité au maximum, le piratage est un vrai problème. Et nous savons tous qu’une fois que quelque chose est publié sur Facebook, il est là pour toujours, amen, ou du moins nous devrions à ce stade. Laissez les images pour les afficher sur le mur de la classe pour que les enfants puissent en profiter pendant l’école et les parents pour oooh et ahhh lors des réunions PTA.

Dans l’ensemble, les médias sociaux peuvent être un outil précieux pour les écoles à utiliser lors de la communication avec les parents et même pour certains éléments des horaires ou des devoirs des élèves. L’utilité de cet outil ne remplace toutefois en rien la sécurité des élèves. Et comme je l’ai déjà dit, il y a beaucoup de mauvaises personnes qui cherchent n’importe quelle occasion possible de faire quelque chose de mal à quelqu’un. Que ce ne soit pas nos enfants.