Vous lisez

L’Inde met en œuvre de nouvelles règles strictes pour les mesures d’application des plates-formes de médias sociaux

Social Media Updates

L’Inde met en œuvre de nouvelles règles strictes pour les mesures d’application des plates-formes de médias sociaux

Cela pourrait mettre une clé dans les stratégies de croissance des géants de la technologie en Inde.

Aujourd’hui, le gouvernement indien a dévoilé un nouvel ensemble d’exigences d’application pour les plateformes de médias sociaux, qui fixeront des temps de réponse plus durs et nécessiteront des équipes locales, entre autres paramètres.

Comme indiqué par TechCrunch, les autorités indiennes exigeront désormais que:

  • Les plateformes sociales reconnaissent les demandes de retrait de contenu illégal, désinformation et / ou violent dans les 24 heures
  • Les plates-formes devront fournir une action et une réponse complètes à ces demandes dans un délai de 15 jours.
  • Dans les cas impliquant un contenu sexuel explicite, les plateformes seront tenues de supprimer le contenu dans les 24 heures.
  • Les plates-formes devront également divulguer l’auteur du contenu répréhensible (WhatsApp a précédemment noté que ses processus de cryptage ne seront pas en mesure de s’adapter à cela)

En plus de cela, les plates-formes devront également nommer responsables de la conformité, dont les coordonnées seront enregistrées auprès des autorités, tandis que chaque entreprise devra également créer un bureau local en Inde pour établir une connexion directe.

Les plateformes seront également tenues d’offrir une option volontaire aux utilisateurs qui souhaitent vérifier leurs comptes.

Répondre à toutes ces exigences pourrait poser des défis aux géants des médias sociaux, qui ont hésité à s’engager sur de tels objectifs dans le passé. Mais comme l’Inde l’a déjà montré dans de nombreux cas, le non-respect peut rapidement conduire à une interdiction totale dans le pays et à une perte de connexion avec ses 1,4 milliard de citoyens.

TikTok a été le plus touché l’année dernière, lorsqu’elle a perdu sa plus grande région d’utilisateurs du jour au lendemain en raison de différends en cours entre les autorités indiennes et chinoises. Cela a vu la plate-forme baisser immédiatement de 200 millions d’utilisateurs actifs, tandis que plus récemment, Twitter a également fait face à une interdiction potentielle en Inde en raison de son refus de se conformer aux demandes de suppression de contenu lié aux récentes manifestations.

Facebook a également eu sa part de problèmes publics en Inde, avec son plus haut dirigeant de la région le dépôt d’une plainte pénale contre un journaliste l’année dernière pour un article critiquant l’application sélective présumée des politiques de Facebook en matière de discours de haine.

Chacun de ces cas a joué un rôle dans l’établissement de nouvelles règles de l’Inde, ce qui, comme indiqué, ajoutera une friction accrue dans leurs efforts respectifs pour se développer dans le pays et capitaliser sur la dépendance émergente de l’Inde à l’égard de la technologie.

En effet, Twitter et Facebook connaissent une croissance significative en Inde, et tous deux ont mis davantage l’accent sur le marché en tant qu’élément clé de leurs projections de croissance en cours. Aujourd’hui encore, Twitter a dévoilé son intention de doubler son chiffre d’affaires d’ici 2023, soulignant sa croissance de l’utilisation de 74% en Inde comme un élément clé de cette projection.

Facebook, quant à lui, cherche à transformer WhatsApp, l’application de messagerie la plus populaire du pays, en un outil de connexion clé pour un large éventail d’activités quotidiennes. Si elle réussit, cela pourrait faire de l’Inde le marché clé de la croissance future de Facebook, et il a déjà investi des milliards dans le renforcement de sa présence dans l’industrie locale.

Pour la plupart, il n’est pas impossible pour les plateformes d’atteindre ces nouveaux objectifs, mais cela nécessitera davantage d’investissements, ce qu’elles feront sans aucun doute, compte tenu de leur dépendance croissante au marché. Mais cela pourrait également ralentir leur dynamique de croissance, en fonction de ce qui est nécessaire. Comme indiqué précédemment, cela pourrait également compliquer les choses pour WhatsApp, qui a récemment connu une réaction importante parmi les utilisateurs indiens en raison de ses modifications proposées en matière de partage de données, qui verraient des informations sur les échanges commerciaux au sein de l’application partagées avec la société mère Facebook.

Si WhatsApp a besoin de suivre les créateurs de contenu, cela suscitera sans aucun doute une nouvelle vague d’angoisse.

D’autres pays suivront également pour voir comment les plates-formes répondent à la réglementation accrue. Diverses régions cherchent à mettre en œuvre leurs propres paramètres sur la façon dont les entreprises de technologie peuvent fonctionner, et le modèle indien pourrait fournir d’autres leçons dans l’élaboration de ces plans.

Ceci, combiné à la récente poussée du gouvernement australien pour faire payer les plateformes pour le contenu d’actualités, contribuera à façonner davantage d’approches politiques, ce qui pourrait, à terme, conduire à des règles plus uniformes pour les plateformes sociales à travers le monde.

Mais nous n’en sommes pas encore là et vous pouvez vous attendre à ce que le plan de l’Inde présente des défis. La façon dont cela affecte chaque cas sera un élément important à surveiller.