Vous lisez

Brand Advocate viré pour un tweet

Digital Strategy

Brand Advocate viré pour un tweet

Brand Advocate viré pour un tweet

Que se passe-t-il lorsque vous êtes l’évangéliste d’une marque et que vous déclenchez une controverse sur Internet tout en représentant cette marque ? Vous vous faites virer.

Adria Richards était un défenseur de la marque SendGrid. Elle assistait à une conférence Python, l’une des nombreuses auxquelles elle avait assisté au nom de son entreprise, et selon son article de blog, avait entendu plus que sa juste part de blagues sexuelles. À un moment donné lors d’une présentation, elle a décidé de passer à l’action sous la forme d’un Tweet dont elle savait qu’il serait vu par les organisateurs de la conférence.

Les organisateurs de la conférence ont effectivement vu le tweet et ont escorté les développeurs identifiés hors de la conférence. L’un des développeurs sur la photo a finalement été renvoyé de son poste chez PlayHaven.

Adria gère son propre site Web et c’est là qu’elle a partagé les détails de son histoire et de cet incident, mais la biographie d’Adria sur Twitter indique spécifiquement qu’elle est la « développeuse évangéliste pour @SendGrid ». Le développeur qui a été licencié a également publié un article sur Hacker News.

À la nouvelle de cette propagation, Adria et SendGrid ont commencé à recevoir beaucoup de contrecoups. Adria a été menacée pour avoir dévoilé ces types sur Twitter, et le site Web de SendGrid est devenu la cible d’une attaque DDoS massive qui a laissé le site, et leur service de distribution de courrier électronique, inopérant. Au milieu de l’attaque, SendGrid a renvoyé Adria et a publié cette annonce sur Twitter.

PyCon révise également son code de conduite pour indiquer spécifiquement que les rapports doivent être soumis par écrit et non en public.

Dino Dogan de Triberr, fondateur d’une start-up technologique et client de SendGrid, suggère que « PlayHaven et SendGrid ont fait la même erreur. Ils ont licencié leurs employés, alors qu’en fait ils auraient dû rester avec eux. Non seulement c’est la bonne chose à faire , mais maintenant ils subissent les conséquences de ne pas donner la priorité aux gens. »

Il ne fait aucun doute qu’Adria avait le droit d’être offensée et avait le droit de se plaindre. La question est, a-t-elle fait le bon choix lorsqu’elle a décidé d’utiliser Twitter, et d’inclure une photo, pour communiquer cette plainte ? Et bien que l’emploi d’Adria ne semble pas être protégé par la loi nationale sur les relations de travail, pensez-vous que SendGrid était à droite licencier un employé qui fait ce genre de déclaration en ligne ?

Image reproduite avec l’aimable autorisation de MDGovpics, Flickr.