Social Media Updates

Facebook dirige le présent et le bonheur

Je vois de plus en plus de gens parler de leur vie sur Facebook. C’est généralement lorsque vous tournez la tête vers un moniteur ou regardez vers un smartphone ou une tablette que vous vous rendez compte que ce que vous regardez est la page d’accueil de Facebook. Je vois des mamans et des papas, des fils et des filles assis à une table et se connecter à Facebook pour voir ce qui se passe. Je vis des dîners avec des amis, des collègues de travail ou des clients où la première chose qu’ils font est de « s’enregistrer », de mettre à jour leur statut Facebook ou d’envoyer un tweet disant qu’ils sont avec la personne à côté de laquelle ils sont assis. La chose amusante survient lorsque nous décidons de prendre une photo et de la télécharger sur Facebook pour que des centaines/des milliers de personnes la voient, ou peut-être d’utiliser Instagram. Je reconnais le fait que je l’ai fait et que je le fais encore, mais je préférerais ne pas le faire si souvent.

J’échangerai le cadeau contre Facebook

Nous sommes si souvent obsédés par la fièvre des médias sociaux -ou les réseaux sociaux- que nous manquons ce qui se passe sur le moment. Lors d’un coucher de soleil que j’ai connu très récemment, j’ai été impressionné de constater que pratiquement 80% des personnes là-bas prenaient des photos du moment pour plus tard. Plus ou moins 50 % d’entre eux les téléchargeraient sur Facebook ; ma curiosité a pris le dessus sur moi et j’ai demandé à beaucoup d’entre eux, la plupart d’entre eux confirmant mon hypothèse. D’un autre côté, seuls quelques-uns profitaient réellement du coucher de soleil. Ils étaient tous connectés à Facebook, suivant la vie de leurs amis et de leur famille.

Il y a quelque temps, le courrier électronique était la priorité absolue en ligne. Je me demande si les médias sociaux ont endossé ce rôle maintenant ou, au contraire, s’ils arrivent toujours en deuxième position.

Facebook, le verbe

Ici à Las Salinas, à Ibiza, où j’habite, il y a un magasin à 300 mètres de chez moi. Je m’y suis arrêté l’autre jour pour acheter de l’eau et des fruits. Il y avait là deux filles qui se connaissaient et semblaient s’y être rencontrées. L’un d’eux a dit (en anglais) : « OK, je vous ferai Facebook si nous sortons faire la fête ». Elle n’a pas dit : « Je t’appellerai ». Non, elle a dit « Je vais te Facebook. » Le verbe.

Comment je vois Facebook

Je ne suis pas un grand fan de Facebook. J’aime partager ma vie avec mes amis. Je n’ai pas de page de fans officielle (bien que beaucoup l’aient demandé.) Je n’en aurai probablement jamais, tout comme je ne serai probablement jamais une superstar, un « Expert » ou un « Guru » pour en avoir un. J’ai un compte avec peu d’amis, près de 2 000 (je suis sur Facebook depuis presque 4 ans maintenant.) J’essaie d’être sélectif et critique vis-à-vis de mes connexions sur Facebook. Ce sont mes amis, mes proches, les personnes avec qui j’ai envie de partager des moments. Pas tout le monde. Désolé, j’aime garder certaines choses de ma vie privées pour moi. Je crois que presque tous mes « amis » qui sont sur Facebook -environ 75%- appartiennent à mon cercle intime d’amis et de famille. Grâce à Facebook, je peux suivre ce qui se passe dans leur vie. Je peux regarder des photos de leurs événements, je peux suivre l’actualité santé des personnes que j’aime. Je peux en apprendre davantage sur leurs réalisations, toutes ces choses sur lesquelles nous écrivions des lettres ou appelions. C’est ainsi que je vois Facebook ; du moins dans ce contexte.

Qu’en est-il de Facebook pour les entreprises, en tant qu’outil professionnel ou marketing ? Je n’ai pas encore atteint ce point. Je me sens toujours hors de ce jeu. J’essaye toujours de trouver la formule magique.

Cependant, je crois que Facebook a changé le sentiment de vivre et de profiter du moment en annonçant au monde que vous vivez et profitez de ce moment. Cela a changé votre bonheur par le leur.