Vous lisez

Facebook, la censure et le risque de communication privée

Social Media Updates

Facebook, la censure et le risque de communication privée

Kritchanut / Shutterstock.com

Tel que rapporté par Hilary Hanson dans le Huffington Post, Facebook a interdit pendant un jour ou deux l’expression « tout le monde saura » d’être publiée et envoyée via Facebook Messenger. Selon Hanson, plusieurs personnes ont commencé à connaître le même échec, comme en témoignent plusieurs fils de discussion à ce sujet surgissant sur des sites comme Question.com et, bien sûr, sur Reddit.

Selon l’endroit où vous avez essayé de l’utiliser, Facebook Messenger ou Facebook lui-même, vous recevriez l’alerte suivante :

Action bloquée

Nos systèmes de sécurité ont détecté que de nombreuses personnes publient le même contenu, ce qui pourrait signifier qu’il s’agit de spam. Veuillez essayer un autre message. Si vous pensez que vous voyez cela par erreur, veuillez nous en informer.

D’autres tentatives de publication de la phrase ont créé un message indiquant que l’on ne parvenait pas à « aimer » quelque chose et un rappel de lire les informations sur les normes de la communauté de Facebook. Plusieurs commentateurs se sont demandé s’il s’agissait d’une sorte de farce d’Halloween, car il semblait très effrayant qu’une phrase aussi inoffensive, qui devenait étrangement inquiétante dans ce contexte, soit censurée.

Hanson est allé au fond des choses; selon Facebook, la raison de l’interdiction était beaucoup plus anodine que la censure ou une farce. Melanie Ensign des communications de sécurité de Facebook a déclaré à Hanson qu’il s’agissait simplement d’une erreur de filtrage. Apparemment, une mise à jour de leur « moteur de lutte contre le spam » (qui est une image amusante si vous y réfléchissez) a fait que la phrase « tout le monde le saura » a été incluse dans la liste des mots à surveiller. Mais les ingénieurs de Facebook s’y sont mis et le problème a été résolu.

Je conviens que la censure brève et erronée de cette phrase semble inquiétante, mais pas pour une raison liée à Halloween. Facebook est une entreprise privée. Tout comme Google, Twitter, Snapchat et tous les autres réseaux sociaux. Parce qu’ils appartiennent à des intérêts privés, ils ont le droit de contrôler quel contenu est autorisé et non autorisé sur leur service.

C’est en quelque sorte une évidence lorsqu’il s’agit de propriété privée, mais nous entrons dans une ère où une proportion croissante de notre communication quotidienne passe par des canaux privés. Nos communications téléphoniques (et nos émissions télévisées) étaient protégées par le gouvernement et les droits parce que, techniquement, les ondes étaient limitées et de propriété publique. Il y a des chaînes de télévision privées, oui, mais aussi des télévisions publiques, et même un accès public local, si vous étiez désespéré.

Les médias sociaux n’ont pas une telle réglementation en dehors des lois déjà existantes contre les menaces de violence, et celles-ci sont mal appliquées.

Le livre No Logo de Naomi Klein décrit comment les espaces publics physiques comme les marchés et les parcs sont devenus de plus en plus privatisés en centres commerciaux, qui, via la propriété privée, ont le droit de limiter ce que les gens peuvent y faire et dire. Manifestation devant un bâtiment gouvernemental ? Amende. Manifestation devant un centre commercial ? Vous devrez le faire sur le trottoir à l’extérieur du parking, car le reste est une propriété privée.

Je ne dis pas que nous avons besoin d’une sorte de nouvel organisme de réglementation ou d’une grande expansion de la surveillance des médias sociaux. Je ne dis pas non plus que la censure est en cours en ce moment, du moins à ma connaissance. Je ne pense pas non plus que les réseaux sociaux ne devraient pas avoir le droit de supprimer les discours de haine et les menaces, car arrêter cela est dans l’intérêt de tous.

À l’heure actuelle, les gens peuvent critiquer Facebook sur Facebook et le font souvent. Mais que se passe-t-il si nous arrivons au point où Facebook ne veut plus laisser cela se produire ? Que se passe-t-il si Facebook traverse un scandale et décide en interne que tout message discutant de ce scandale sera automatiquement envoyé au bas du fil d’actualité ?

Ce sont des risques réels, et ils méritent une discussion approfondie et publique. Ce qui semble inquiétant, c’est que nous n’en avons pas.