Vous lisez

Les médias sociaux améliorent-ils ou ruinent-ils l’expérience de voyage ?

Digital Strategy

Les médias sociaux améliorent-ils ou ruinent-ils l’expérience de voyage ?

Depuis que les réseaux sociaux ont gagné en popularité ces dernières années, nous entendons parler de questions similaires, avec de nombreuses études et enquêtes donnant des arguments pour les personnes se tenant des deux côtés de la question. La vérité est que les médias sociaux ont un impact sur nos relations quotidiennes, sur la façon dont nous interagissons avec des amis ou des camarades de collège perdus depuis longtemps, des collègues de travail et même de nouvelles relations nées de Facebook, Snapchat, Twitter ou Instagram où nous partageons des pensées, des photos et des moments vidéo. de notre vie quotidienne.

AAAH, LES BONNES VIEILLES JOURS…Tour Eiffel vue du Trocadéro

Il n’est donc pas surprenant que les médias sociaux affectent également la façon dont nous voyageons et vivons l’hospitalité, chez nous ou à l’étranger. En fait, je me ferais l’écho de certaines des réflexions partagées dans ce brillant article récemment publié dans le Globe & Mail, Comment les médias sociaux ont ruiné le sac à dos à travers l’Europe. Ayant voyagé à travers le monde au début des années 90 avec mon propre sac à dos, je peux certainement m’identifier aux bons souvenirs de l’auteur lors de discussions avec d’autres voyageurs, partageant des conseils pratiques autour d’une boisson locale ou deux !

Depuis un an, je siège au conseil d’administration de l’auberge de jeunesse internationale de Québec, qui fait partie d’Hostelling International, et je peux attester que les routards que je vois dans les aires communes semblent en effet beaucoup moins interagir entre eux, préférant s’asseoir Retournez derrière le confort d’un ordinateur portable, d’une tablette ou d’un smartphone et discutez avec vos amies ou votre famille à la maison. Pourtant, je serais prudent de sauter aux conclusions et de généraliser ce comportement à tous les voyageurs. Et même si certaines personnes profitent de nombreux réseaux sociaux pendant leurs vacances, cela doit-il être une mauvaise chose ? Pas nécessairement.

COMMENT LES MÉDIAS SOCIAUX IMPACT SUR LES VOYAGES

Voici cinq de mes avantages et inconvénients personnels concernant les médias sociaux dans le cadre de l’expérience de voyage :

1. Partage en temps réel

Il était une fois, vous insérez un rouleau de film dans votre appareil photo, ou mieux encore, vous en avez un jetable, et vous prenez des photos pendant votre voyage. Quelques jours ou semaines (ou mois) plus tard, vous les feriez développer dans votre dépanneur, vous mettriez le tout dans un album avec peut-être quelques commentaires écrits ici et là, afin que vous puissiez le montrer à des amis et parents lors d’occasions spéciales. De nos jours, les gens sortent simplement leur smartphone, prennent de nombreuses photos et gardent les meilleures, ajoutent un filtre et quelques commentaires, puis partagent instantanément via Instagram, Facebook, Twitter ou peut-être Pinterest.

Au-delà des images, les voyageurs peuvent désormais également partager leurs expériences en temps réel. Vous pouvez être au sommet de la Tour Eiffel et Skyper vos amis ou avoir un FaceTime ou un Google Hangout avec eux. Les barrières ont pratiquement disparu avec les nouvelles technologies, permettant d’être en contact avec presque tout le monde, n’importe où. Cela peut être un pour ou un contre, selon votre point de vue ! Personnellement, je préfère voir le verre à moitié plein, donc je dirais que c’est positif, en supposant que cela ne remplace pas le voyage global avec un besoin constant de « partager en ligne, maintenant, avec tous mes amis à la maison ».

2. Vous n’êtes jamais seul… à moins que vous ne le vouliez !

Pour enchaîner avec le point précédent, les médias sociaux s’avèrent être une bonne compagnie lorsque vous voyagez seul, que ce soit par choix ou par circonstances. Avec divers groupes de blogueurs, sites générés par les utilisateurs et forums de voyage, il existe plus de moyens que jamais de se connecter avec d’autres voyageurs et de rencontrer des gens. Avant les réseaux sociaux, vous vous présenteriez simplement dans l’espace commun, la cuisine ou le bar de l’auberge de jeunesse et espérez entamer une conversation avec d’autres voyageurs intéressants. C’était, et ça reste certainement, très amusant. Les médias sociaux ne sont qu’un moyen différent d’atteindre le même objectif. Et si vous voulez faire votre propre truc et rester seul, le défi sera de trouver la volonté de vous déconnecter des appareils mobiles et des réseaux sociaux assez longtemps pour vous imprégner de la culture locale, où que vous soyez.

3. Quantité et qualité des informations disponibles

Je me souviens il n’y a pas si longtemps, lorsque les voyageurs parcouraient la planète avec la dernière édition de « Let’s Go » ou Lonely Planet dans leur poche, mais le contenu y avait au moins 6 mois, au mieux. De nos jours, entre les blogs de voyage, les sites d’avis d’utilisateurs comme Tripadvisor et Yelp, ou les forums de niche, c’est-à-dire les routards, les voyageurs en solo, etc., le choix est vaste pour obtenir des informations fraîches et mises à jour. Les destinations ont également adopté les réseaux sociaux, on peut donc trouver des blogs de qualité, des tableaux Pinterest, des idées Instagram ou des vidéos Vine qui donnent un aperçu de ce que peut être l’expérience, comme une bande-annonce de film ou un teaser pour inciter les voyageurs à venir visiter.

4. C’est dur de lâcher prise ! (ou #FOMO)

C’est peut-être le plus gros inconvénient des réseaux sociaux en voyage : la peur de passer à côté (FOMO) de tout ce qui se passe à la maison. Vivre à l’ère numérique signifie que nous pouvons avoir accès 24h/24 et 7j/7 à toutes les informations du monde entier. Mais ce n’est pas parce que nous le pouvons que nous devrions, comme on dit !FOMO - Peur de passer à côté

C’est certainement un aspect qui semble plus difficile à appréhender pour ma génération, lorsque l’on voit des jeunes voyager, avoir besoin de skyper chez eux tous les soirs pour se tenir au courant de ce qui se passe dans la routine, la vie de tous les jours. J’ai envie de dire : « Tu es à Barcelone, pour pleurer tout haut. Sortez et profitez-en, au lieu de passer deux heures sur votre ordinateur avec votre meilleur ami à parler du dernier épisode de Breaking Bad ! »

5. Il est désormais possible d’interagir avec les marques et les autres voyageurs

Last but not least, il est difficile d’imaginer la vie sans ce qui est un phénomène encore très naissant : avec les médias sociaux, nous pouvons interagir facilement, instantanément, avec les marques et les autres voyageurs. Le service client s’effectue désormais sur Twitter (pensez à la plupart des compagnies aériennes ou des grandes chaînes hôtelières), sur Foursquare ou Facebook. Et avec les plateformes collaboratives, nous pouvons désormais choisir de traiter directement avec les propriétaires de locations de vacances, de savourer un repas fait maison ou de nous garer dans le jardin de quelqu’un via l’un des différents réseaux peer-to-peer qui semblent apparaître. Lire: Économie collaborative dans les voyages : le grand perturbateur

Je me demande parfois comment se passerait mon long voyage de 8 mois autour du monde, il y a plus de 20 ans, avec toute cette technologie disponible aujourd’hui. En fin de compte, je peux seulement dire que cela aurait été très différent. Ni mieux, ni pire. Juste différent. Alors, pour revenir à la question soulevée dans l’article du Globe et dans le titre de cet article : les réseaux sociaux améliorent-ils ou gâchent-ils l’expérience de voyage ? Sans aucun doute, je dirais qu’il a le potentiel de l’améliorer. Si utilisé modérément et intelligemment.