Vous lisez

Employeurs, Facebook, confidentialité et tracer la ligne

Digital Strategy

Employeurs, Facebook, confidentialité et tracer la ligne

4105726930_c42e8b12b9

Par alancleaver_2000

La grande majorité des messages sur Context Over Dogma traitent des médias sociaux spécifiquement en ce qui concerne leur utilisation dans le marketing. Mais comme nous le savons tous, les médias sociaux ont des implications tout au long de notre vie et dans de nombreuses disciplines professionnelles et personnelles. De temps en temps, nous aimons aborder une facette non marketing du monde des médias sociaux dans lequel nous vivons et jouons. D’une certaine manière, ces problèmes nous affecteront tous.

Au début de la semaine dernière, je suis tombé sur un article qui détaillait les activités du département de la sécurité publique et des services correctionnels du Maryland. Lors d’un récent entretien d’embauche avec le Département des services correctionnels, l’agent Robert Collins a été contraint de donner le mot de passe de son compte Facebook privé. L’ACLU s’est ralliée à la défense de l’agent Collins, qui a envoyé une lettre particulièrement cinglante au Département des services correctionnels du Maryland, dans laquelle elle a qualifié cette décision « d’invasion effrayante et illégale de la vie privée » et a déclaré que « [n]ni l’officier Collins ni ses « amis » Facebook ne méritent que le gouvernement espionne leurs communications électroniques privées ».

J’ai partagé l’article avec mes propres amis Facebook et j’ai regardé les commentaires arriver : « NON ! », « $%*& NON ! », « %@#&#* &#*&@ ! » etc… Si des métaphores colorées peuvent être prises comme indication, clairement, une corde sensible a été touchée.

Se précipitant à la défense du droit des employeurs d’en savoir plus sur les candidats était un ami de confiance qui a passé des années à travailler comme auditeur pour un grand cabinet comptable. En réponse à ma question de savoir si les gens pensaient que les employeurs devraient pouvoir exiger des mots de passe Facebook privés, il a répondu : « Ils le peuvent absolument et ils le feront… Il n’y a rien de privé dans votre profil Facebook… Je ne suis pas d’accord avec cela, mais beaucoup … les entreprises surveillent désormais activement les profils Facebook des employés conformément aux nouvelles réglementations de la FINRA. »

Umbrage, bien que déplacé lorsqu’il est pris avec le filtrage par les employeurs des sites de médias sociaux comme Facebook, convient bien à des cas comme celui de l’agent Collins. Le fait est que vous choisissez quelles informations sont rendues publiques sur votre profil Facebook. Vous choisissez de partager et de discuter des articles avec vos amis. Vous choisissez de publier des mises à jour de statut sur votre mur et de laisser les autres y publier également. Vous choisissez même de cliquer publiquement sur « J’aime » sur des liens sans fin vers des chatons jouant au clavier. Vous choisissez ce que vous souhaitez partager et (peut-être plus important) ce que vous ne souhaitez pas partager ; et entre ces deux, une ligne doit être tracée.

Les Employeurs potentiels n’ont pas le droit de passer par votre correspondance privée (papier ou électronique). Pourquoi alors devraient-ils avoir accès à vos messages Facebook privés ? Pourquoi devraient-ils, du simple fait de demander votre mot de passe, avoir accès aux historiques de chat, à votre adresse e-mail privée, aux paramètres de compte et de confidentialité, et aux photographies ? Est-ce vraiment la forme des choses à venir ?

Décidément, non. Dans ce cas, le département des services correctionnels du Maryland a clairement dépassé ses limites, et les félicitations accordées à l’ACLU pour avoir défendu l’agent Collins sont bien méritées. Chez Pandemic Labs, nous sommes passionnés par les médias sociaux et par le rôle crucial que joue l’intégrité dans l’espace. Nous nous efforçons constamment de préserver la confidentialité de nos clients, tout en cultivant le niveau de transparence et la philosophie d’engagement qu’exigent les médias sociaux. Des cas comme celui de l’officier Collins représentent les difficultés de croissance naturelles liées aux médias sociaux et nous rappellent à tous de rester vigilants dans la défense de notre vie privée. La surveillance des profils est une décision prudente de la part de l’employeur – et laisse l’intelligence pour garder les parties de leur présence sur Facebook qu’ils veulent garder privées, entre les mains de l’employé. La culpabilité leur incombe, et ils devraient être assez intelligents pour savoir quoi partager et quoi ne pas partager. Mais demander aux employés – même potentiels – de révéler leur mot de passe Facebook n’est pas simplement un non-non définitif – c’est faux, clair et simple.