Digital Strategy

En savoir plus sur l’énigme confidentialité-portabilité

(du cc flickrstream de dalziel 86, merci)

Mon article d’hier sur la loi sur la protection des données, Facebook et Scraping a suscité plus d’intérêt que mes divagations habituelles sur les logiciels Enterprisey. Dennis a gentiment répondu à mon message deux fois, et j’ai connu une augmentation considérable du trafic et des commentaires avec l’aimable autorisation de Robert.

Je n’avais pas prêté beaucoup d’attention à l’annonce de dataportability.org, donc après avoir lu à ce sujet chez Dennis et Mike et au QG de techcrunch, j’ai parcouru un peu le site Web et le blog de Ben.

Je suis heureux de voir les entreprises de réseautage social se réunir et discuter des questions d’interopérabilité. Ces enjeux sont importants, les utilisateurs de ces services ont raison d’être préoccupés par l’enfermement et les inconvénients de passer d’une plateforme à une autre.

Le partage n’est cependant qu’un côté de l’équation, et je préférerais que les entreprises concernées envisagent une collaboration plus large. Ils doivent vraiment examiner les sujets plus larges de l’identité, de la confiance et du contexte. J’espère qu’ils le sont.

J’exhorte les personnes impliquées dans cet effort à entrer en contact avec le Prime Project et d’autres projets de recherche dans cet espace. Parlez à ces gens, par exemple. Les chercheurs sont aux prises avec les défis de la technologie, de la confidentialité, de l’identité et de la réutilisation des données depuis des décennies. Il existe une énorme quantité d’antériorité qui devrait et doit être exploitée. Ce n’est pas seulement une chose européenne non plus. Découvrez peut-être Lessig, Rotenberg, Swires, Litan, Hahn, Cate, Shostack, Westin, Cohen, Burk, Lemley, Acquisiti, Kesan, Froomkin, Samuelson, Solove… et plus encore.

J’ai été un peu sévère hier à propos du message du manifeste d’Alec Sander, car j’ai découvert plus tard qu’il avait le soutien de l’un des principaux experts en matière de confidentialité au Canada (sinon au monde), Michael Geist. Merci et excuses Alec. Oh, et Mike de Techcrunch UK, j’ai finalement compris la blague. N’abandonnez pas votre travail quotidien cependant.

Mon message d’hier a simplement passé sous silence certains des problèmes liés au scraping et à Facebook, mais je suis heureux que cela ait aidé à faire parler les gens. Le problème en jeu n’a cependant rien à voir avec le partage de cartes de visite. Cela va beaucoup plus loin. Si vous avez un moment, rendez-vous et lisez ce que JP avait à dire. il y a quelques semaines.

Je suis responsable des coordonnées que je détiens. Je suis responsable de ces informations. Responsable envers des amis qui ont de confiance moi avec cette information. Et si je transmets cette information sans leur permission implicite ou, dans certains cas, explicite, je brise leur confiance en moi.

Ceci, pour moi, est le problème numéro un de tout débat sur la « propriété » de l’information.

Confiance.

Et c’est un gros problème.

Puis via JP je suis tombé sur ce blog – Freedom to Tinker. Bonté. Abonné.

D’où vient cette idée que les faits sur le monde doivent appartenir à quelqu’un ? Arrêtez-vous et réfléchissez à cette question pendant une minute, et vous verrez que la propriété est une mauvaise façon de penser à cette question

(Au fait, vous pouvez également trouver le commentaire de Bill Zeller éclairant.)

Il y a un débat important dans les cercles juridiques sur les avantages et les inconvénients de la vie privée en tant que droit ou/et en tant que propriété. L’article de Schwarz ici vaut bien une lecture. Comme le note Schwarz,

À la base, la confidentialité des informations a à la fois un individu et un
valeur sociale. Par conséquent, je termine sur une note de prudence : l’examen continu des
la réglementation des données personnelles est nécessaire parce que l’échec dans la vie privée
marché peut nuire à la fois à l’autodétermination individuelle et à la démocratie
délibération

Je pense que le concept de la vie privée en tant que propriété est bon, en particulier dans les endroits où la définir comme un droit fondamental est presque impossible. Il y a aussi de bonnes choses sur le blog du groupe Burton.

J’ai déjà suggéré que les gens, en particulier aux États-Unis, devraient lire le dernier livre de Solove. Vous pouvez télécharger le premier chapitre ici. Je vais aussi l’obtenir pour la lecture de chevet.

Plus les gens commencent à réfléchir aux implications de ce qu’ils partagent, mieux c’est. De nombreux commentateurs américains sur le blog ont estimé que la législation européenne sur la protection de la vie privée était stupide, voire pire. Il a ses problèmes, mais avant de le jeter à la poubelle, consultez un peu l’histoire de la loi sur la confidentialité. Le site Web du commissaire à l’information du Royaume-Uni a également fait des pas de géant. Le site américain EPIC, est une excellente lecture.

Je vous laisse avec une citation fabuleuse, de Michelle Dennedy, responsable de la protection de la vie privée de Sun, gracieuseté de l’un des excellents messages du puissant gouverneur.

Sa propre petite fille a proposé une vision brillante de la vie privée et de ce que c’est :

La vie privée, c’est comme l’herbe, a-t-elle dit à sa mère. Pourquoi a demandé Michelle? Parce qu’il empêche la saleté d’être nue…

Balises Technorati : confidentialité, scoble, loi sur la protection des données, facebook, dataportabilty.org

Lien vers le message d’origine