Social Marketing

La démocratie vient aux soins de santé

Nous venons d’avoir une élection générale au Royaume-Uni, ce qui fait que certaines personnes sont satisfaites du résultat et d’autres moins heureuses. Au cas où vous auriez raté toute cette effervescence, le Parti conservateur a obtenu la majorité, il n’est donc plus nécessaire de fonctionner comme un gouvernement de coalition, et le Parti national écossais a gagné dans presque toutes les régions d’Écosse.

Mais que vous pensiez que le résultat du résultat est bon, mauvais ou indifférent, regarder la démocratie en action est toujours intéressant – et quelque chose que nous ne devrions jamais tenir pour acquis. Mis à part les arguments sur la question de savoir si un système majoritaire uninominal à un tour est la meilleure forme de vote représentatif (c’est une discussion à part entière), l’élection générale a donné à chacun la chance de faire entendre sa voix, en votant pour savoir qui est élu pour gouverner le pays. , en fonction des politiques qu’ils présentent et de l’impact potentiel sur les électeurs.

La même logique ne devrait-elle pas s’appliquer à toutes les questions relatives aux soins de santé ? Le patient, qui ressent le plus intensément l’impact des décisions en matière de santé, devrait également pouvoir exercer son droit démocratique à s’exprimer – et quel meilleur endroit pour le faire qu’à l’une des innombrables conférences liées à la santé qui ont lieu chaque semaine.

C’est pourquoi je pense que l’initiative « Patients inclus » est une idée si intelligente – et démocratique.

Son principe de base est que toute conférence, congrès ou événement ayant lieu dans le domaine des soins de santé (qui a donc un impact conséquent sur la vie des patients) doit garantir que les patients ne sont pas seulement activement impliqués dans l’événement lui-même, mais également dans l’élaboration de son programme. Basée sur les premiers constats de Lucien Engelen, innovateur de longue date dans le domaine de la santé, puis développée par de nombreux soutiens experts, dont de nombreux patients, la Charte Patients Inclus pour les Conférences est désormais lancée.

Il énonce un certain nombre de clauses que les conférences doivent respecter pour être classées comme « patients inclus », y compris l’implication des patients et des soignants dans l’élaboration de l’ordre du jour et la tenue de la conférence (avec leurs frais couverts), ainsi que l’accès mis à la disposition des participants virtuels, y compris la diffusion vidéo en direct lorsque cela est possible, pour aider les autres patients à suivre la procédure.

C’est un concept magnifiquement simple et je pense qu’il sera adopté, car de plus en plus d’orateurs experts refusent d’assister à des conférences qui ne répondent pas aux critères des patients inclus. Cela aura un impact sur tous les événements de santé au fil du temps, y compris les congrès médicaux. Cela tombe bien, car les événements auxquels j’assiste mettant davantage en avant les patients sont toujours plus instructifs et plus riches en dialogues.

Mais cela soulève également des questions intéressantes sur la portée de ce concept dans les soins de santé au-delà des conférences. Et si un essai clinique n’était pas considéré comme valide par les autorités réglementaires si les patients n’avaient pas été impliqués dans la conception de son protocole ? Que se passerait-il si aucune décision de remboursement d’un nouveau traitement ne pouvait être prise sans la contribution et l’évaluation directes des patients ? La liste d’idées s’allonge encore et encore et soulève des questions auxquelles chaque organisation de soins de santé doit commencer à réfléchir à mesure que la voix des patients devient de plus en plus forte.

C’est un autre excellent exemple de la façon dont les médias sociaux ont démocratisé la conversation au sein des soins de santé et, comme ceux qui expriment clairement leurs sentiments sur les élections générales britanniques, signifie qu’il n’y a pas de place pour se cacher pour des activités qui n’apprécient pas le point de vue du patient. Tout comme ces pauvres députés qui n’ont pas réussi à obtenir suffisamment de soutien dans leur circonscription, les patients voteront contre les conférences qui ne les écoutent pas.

Mon conseil : surveillez de près Patients inclus, car c’est un marqueur non seulement de la façon dont les conférences doivent s’adapter, mais de l’ensemble des soins de santé.