Digital Strategy

La "ouvert" graphique social à l’horizon

par Charlène Li

Le groupe de travail sur la portabilité des données (DPW) a annoncé aujourd’hui que Google, Plaxo – et la grande surprise – Facebook, participeront à une discussion sur la façon dont les utilisateurs peuvent « accéder à leurs amis et aux médias à travers toutes les applications, les sites de réseaux sociaux et les widgets qui implémentent la conception dans leurs systèmes. »

Cela n’aurait pas pu arriver à un moment plus parfait, surtout compte tenu de la chute de Robert Scoble qui a abandonné Facebook (et notez qu’il fait également partie du DPW).

Une journée typique pour moi comprend des dizaines de notifications par e-mail de chaque des services suivants : nouveaux « amis » sur Facebook, « followers » sur Twitter, « connexions » sur LinkedIn, « connexions professionnelles » sur Plaxo, et le dernier qui m’a mis au-dessus du fil du rasoir, « contacts de confiance » sur Spock. La fatigue des réseaux sociaux m’a finalement frappé.

C’est cinq services où mes relations d’affaires me trouvent. Cinq services qui nécessitent tous que je navigue du courrier électronique vers leurs sites Web respectifs et que je confirme la relation. Et c’est quatre services de trop.

La réalité est que j’ai une graphe social, et jusqu’à présent, il a été assez content de traîner, de manière limitée, sur LinkedIn. Même avec l’avènement de Facebook, cela a été assez gérable. Mais la nouvelle réalité est que les réseaux sociaux d’entreprise se sont finalement propagés, et la prolifération des « réseaux sociaux » de niche signifie que ces cinq réseaux sociaux passeront probablement à 10, 20, qui sait combien. Et le pire dans tout ça, c’est que je n’ai pas le temps, l’énergie ou la patience pour gérer toutes ces relations, pourtant je sais que c’est crucial.

C’est de la folie.

Voici un exemple. Josh Bernoff et moi sommes amis, connectés, etc. sur pratiquement tous les réseaux sociaux. Je devrais pouvoir déclarer à un endroit que nous sommes co-auteurs, et cela se reproduirait partout ailleurs. Peu importe où je l’énonce, mais une fois que je l’ai dit, s’il vous plaît, s’il vous plaît, ne me faites pas le dire encore et encore. Et s’il vous plaît, ne m’obligez pas à inviter Josh chaque fois que nous, ou nos réseaux étendus, rejoignons un nouveau service.

Et le moyen de le résoudre est de me redonner le contrôle de mon graphe social. Si 2007 a été l’année de la plate-forme d’applications sociales ouvertes, alors 2008, je crois, sera l’année du graphe social « ouvert ». Il y a une raison pour laquelle j’ai mis des parenthèses autour de « ouvert » parce que c’est un mot assez chargé. Je ne pense pas que MySpace, Facebook, LinkedIn, etc. Al. rendront leurs graphiques sociaux de jardin clos respectifs librement disponibles pour que les gens puissent les utiliser à l’extérieur de leurs propres sites. Mais s’ils sont intelligents, ils permettront à leurs membres de tirer beaucoup, beaucoup plus facilement parti de leurs graphiques sociaux exprimés.

Et c’est la raison pour laquelle je pense que Facebook a rejoint le groupe de travail sur la portabilité des données. En rejoignant le groupe de travail, ils ne se sont pas engagés à ouvrir leur graphe social. J’admets que c’est potentiellement une chimère parce que toute personne en position de pouvoir – comme MySpace, Facebook ou LinkedIn – a peu d’incitations à ouvrir ses coffres-forts de graphes sociaux pour que les start-ups puissent les exploiter. Mais Facebook et. Al. sont intelligents et savent que s’ils ne participent pas, ils ne peuvent pas influencer le résultat du graphe social ouvert à leur avantage.

Mais je pense qu’il manque des joueurs à la table — les portails de communication, Yahoo!, Microsoft. et AOL, ainsi que des fournisseurs de services mobiles. C’est parce qu’ils possèdent une part substantielle du graphe social tel qu’exprimé nominalement par les e-mails, les carnets d’adresses, les listes d’amis de messagerie instantanée et les activités SMS.

J’ai écrit à ce sujet en juillet 2004 dans mon premier article sur les réseaux sociaux pour Forrester. Voici ce que j’ai écrit, et le graphique qui l’accompagne :

Les utilisateurs cartographient leurs relations avec d’autres personnes, soit en invitant personnellement ces personnes sur le réseau, comme avec Friendster ou LinkedIn, soit en utilisant des logiciels comme Spoke Software pour analyser les e-mails et la messagerie instantanée (IM). À l’avenir, les logiciels de réseaux sociaux fonctionneront également avec les opérateurs mobiles – désireux de fidéliser et de monétiser les utilisateurs – en important des enregistrements détaillés des appels pour suivre la fréquence et la durée des appels entre les membres du réseau social.

La cartographie des relations exploitera les technologies pour faciliter la maintenance

Cercles

Extrait de « Profils : la valeur réelle des réseaux sociaux », 15 juillet 2004.

L’idée est que nous avons déjà des graphiques sociaux qui s’expriment dans les activités que nous faisons tous les jours – les e-mails que nous envoyons, les appels que nous passons et les réunions que nous avons.

Facebook Beacon en était une tentative, du moins dans la sphère en ligne. Et cela montre à quel point cet espace est chargé de problèmes de confidentialité et de transparence. Cela va être un élément central du travail avant le DPW, essayer de déterminer qui contrôle quoi, quand et comment cela peut être monétisé. Au cœur DOIT être le contrôle de l’utilisateur et la confidentialité, mais le débat est de savoir qui « possède » en fin de compte les données sociales qui sont créées, explicitement ou implicitement par nos actions.

Maintenant, c’est à vous de jouer — précisons ce que signifie pour nous le graphe social ouvert et comment nous, en tant qu’utilisateurs, voulons le voir se développer. Après tout, c’est * votre * graphe social – assurons-nous également d’avoir une place à la table des négociations. Commentez ci-dessous ou envoyez-moi vos pensées par e-mail.

Lien vers le message d’origine