Social Media Updates

Politique sur les médias sociaux : quand vos propres opinions ne sont-elles pas correctes ?

Politique sur les médias sociaux : quand vos propres opinions ne sont-elles pas correctes ?Il y a quelques années, j’ai vu une jeune femme tweeter à quel point elle détestait son travail et son patron. Une partie de moi voulait lui envoyer un message pour lui dire de retirer ce truc de la chronologie publique. Clairement, elle ne savait pas ce qu’elle faisait. Et puis j’ai vu son patron lui tweeter : « Pas de soucis. Tu es virée. »

J’oserais deviner qu’elle a appris une leçon assez précieuse. Mais elle n’est pas la seule personne au monde à se plaindre en ligne. Ouvrez simplement votre flux d’actualités Facebook et vous verrez probablement au moins un ou deux de vos amis qui détestent leur travail ou leurs collègues ou quelque chose d’autre qu’il n’est pas approprié de mettre en ligne.

La loi est très vague. Si un employé publie des choses sur ses pages personnelles, pendant son temps libre et à partir de ses propres ordinateurs, ce n’est pas une infraction passible de feu. Après tout, nous ne pouvons pas changer ce que les gens disent chez eux. La différence est que maintenant nous pouvons voir ce qu’ils disent – et le reste du monde aussi.

La Culture Brogrammer est-elle OK ?

Alors, où est la ligne tracée ?

Pax Dickinson, ancien directeur de la technologie d’un média en ligne à croissance rapide Interne du milieu des affaires, a testé la ligne lorsque les gens ont commencé à attirer l’attention sur ses tweets anti-féministes, misogynes, anti-femmes dans la technologie et racistes. Voici l’un des plus apprivoisés :

Capture d'écran 2013-09-24 à 5.55.32 AM

Dickinson est un tweeter prolifique, et il tweete des trucs comme ça depuis un certain temps, dès 2010, et très certainement pendant les heures de travail. Il est difficile de prétendre qu’il a utilisé son propre temps ou son propre ordinateur pour envoyer des tweets comme ceux-ci ou qu’il n’a pas enfreint une politique de médias sociaux.

Son activité quotidienne sur les réseaux sociaux a déclenché une tempête d’histoires explorant la culture du « brogrammeur », ce que cela signifie pour les femmes et les minorités dans la technologie, le politiquement correct (ou son absence), etc.

Mais aucun propriétaire ou directeur d’entreprise ne peut se permettre de négliger cet aspect peu couvert de l’histoire : ce que vos employés disent et font sur les réseaux sociaux se reflète sur vous et votre marque, qu’on le veuille ou non. Et il est temps de commencer à faire plus attention.

Tirer ou ne pas tirer… Telle est la question

Alors… que se passe-t-il lorsque de telles mises à jour sur les réseaux sociaux proviennent d’une personne chargée de l’embauche et du licenciement, de l’encadrement et du mentorat, et de la direction d’une équipe ? Une personne clairement sexiste et raciste – basée uniquement sur ce qu’elle dit en ligne – et pourrait très potentiellement causer un procès à l’entreprise ?

Je ne suis pas avocat. Je n’en joue même pas à la télé.

La plupart des personnes actives sur les réseaux sociaux ont « les opinions exprimées ici sont les miennes et ne reflètent pas l’entreprise » dans leur biographie, ce qui est requis dans le cadre de la politique de l’entreprise en matière de médias sociaux. Mais est-ce que cela devrait empêcher ces gens de dire des choses qui pourraient être utilisées devant un tribunal?

Interne du milieu des affaires a congédié Dickinson il y a quelques semaines, déclarant seulement :

UNE Interne du milieu des affaires exécutif a fait des commentaires sur Twitter qui ne reflètent pas nos valeurs et n’ont pas leur place dans notre entreprise. L’exécutif a quitté l’entreprise, avec effet immédiat. le Interne du milieu des affaires L’équipe est composée de plus de 100 hommes et femmes talentueux issus de nombreux horizons, et nous accordons une grande importance à cette diversité.

Depuis que Dickinson a été licencié, il s’est défendu en disant que ses mises à jour étaient une « satire ». Malheureusement pour lui, peu d’autres le voient ainsi, y compris son ancien employeur.

J’ai appris certaines de mes compétences de communication les plus précieuses en grandissant. Mon père toujours nous a dit de ne jamais rien mettre par écrit, nous ne voudrions pas être utilisés contre nous plus tard. J’ai emporté cela avec moi dans le monde des affaires et dans le conseil avec les clients sur la communication.

Créer une politique de médias sociaux

En tant que propriétaires d’entreprise, il est difficile de déterminer ce qui peut et ne peut pas être dit en ligne par nos employés. Il est également difficile de prêter attention à ce que chaque employé dit et fait en ligne.

Votre meilleur pari est d’avoir une politique de médias sociaux. Indiquez clairement ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas. (Par exemple, nous n’autorisons pas les jurons.) Soyez très précis sur ce qui constitue du racisme, du sexisme ou du harcèlement afin que les gens sachent ce qui pourrait les faire licencier. Impliquez vos ressources humaines, juridiques et de communication dans la création de la politique. Et puis, une fois la politique communiquée à votre équipe, assurez-vous de la revoir une fois par mois pour déterminer si quelque chose doit être ajouté.

La meilleure ligne à inclure dans votre police ? Ne mettez jamais en ligne quelque chose que vous ne voudriez pas que votre patron, votre grand-mère, vos enfants ou vos clients voient.