Content Marketing

Le narcissique accidentel et l’avenir de l’engagement client

médias sociaux et changement de comportement

Avez-vous déjà remarqué que votre fil d’actualité Facebook est l’équivalent numérique de « C’est une vie merveilleuse ? » Peut-être avez-vous aimé votre flux Instagram à celui de « Styles de vie des riches numériques et célèbres sur Internet ».

Dans chaque réseau, et à travers de multiples flux sociaux, vous êtes nourri d’un buffet visuel de voyages, de nourriture, de mode, de célébrations, qui, en assemblage, racontent l’histoire d’une vie bien vécue ou du moins d’une vie bien organisée. Et au centre de chacune de ces expériences se trouve la personne qui les vit et les partage en temps réel. Chaque jour qui passe, il semble qu’un réseau grandissant de nos amis, famille et collègues soit charmé par cette vie pittoresque.

Mais de qui se moque-t-on ? Nous avons non seulement décrit à peu près tout le monde sur nos réseaux sociaux, mais nous pourrions aussi bien parler de nous aussi. C’est un monde social après tout et les expériences partagées sont l’épicentre d’une majorité croissante d’engagement. En tant que tel, nous sommes initiés à la nouvelle loi de la physique sociale si vous voulez où pour chaque action il y a une réaction égale ou supérieure. La vérité est que le partage social est en partie expression de soi et aussi en partie provocation. Les gens partagent pour communiquer qui ils sont ou veulent être tout en espérant susciter une réaction qui valide ou justifie leur personnalité en ligne.

Cela peut sembler être une discussion personnelle, mais je peux vous assurer que cela a aussi tout à voir avec votre entreprise.

J’aimerais vous présenter officiellement votre client connecté. Je pense qu’il est temps que nous apprenions à connaître les ensembles connectés pour mieux comprendre comment les impliquer dans les réseaux sociaux et mobiles maintenant et tout au long du cycle de vie du client.

Tout tourne autour de toi et moi… mais surtout moi

Si vous lisez ceci, vous êtes probablement la personne que vous essayez d’atteindre. Vous êtes connecté, toujours actif, multitâche sans vergogne et vivant sur plusieurs écrans chaque jour. Vous vivez un style de vie numérique et sans vous en rendre compte, vous et d’autres comme vous, présentez progressivement des éclats de narcissisme. Croyez-moi, je dis cela avec la plus grande discrétion. Vous ne pouvez pas l’aider bien sûr. Ces réseaux vous invitent à partager votre monde, à votre façon, toute la journée, tous les jours. Et chaque fois que nous le faisons, nous contribuons à notre egosystem où nous devenons par défaut le centre de notre propre univers numérique. Les expériences et l’engagement représentent donc les orbites qui nous rassemblent.

Visitons un instant la planète Facebook et sa lune en orbite Instagram. Facebook abrite désormais plus d’un milliard d’habitants numériques. Pour mettre cela en perspective, cela représente environ environ 12 % de la planète Terre. Instagram est une société numérique naissante à part entière. Avec 100 millions d’habitants et plus, une culture de partage de ses expériences est encore renforcée par la capacité de les améliorer instantanément avec un filtre créatif, de les diffuser sur plusieurs réseaux et de gagner l’attention et la réaction d’un public illimité et apparemment oisif.

La question est la suivante : si tout le monde est occupé à partager du contenu, qui le consomme ? C’est aussi la loi de l’attraction sociale. C’est une relation réciproque où pour mériter des réactions, il faut réagir également ou progressivement. Comment faites-vous cela si le Web en temps réel évolue bien, en temps réel ?

L’âge de la prévalence

Comprendre le comportement numérique n’a jamais connu une plus grande importance. Il évolue et nous devons apprécier sa vitesse et son impact. Par exemple, sur Facebook, les conversations perdent de leur élan en une heure plus ou moins. La raison en est que les gens consomment jusqu’à ce qu’ils créent. Au fur et à mesure qu’ils créent, les attentes changent à mesure que les caractéristiques du narcissisme prennent le dessus. Qu’en est-il d’Instagram ? Permettez-moi de partager quelques statistiques comportementales révélatrices qui vous feront dire « wow ».

Statigram est un outil tiers qui suit l’activité Instagram. Selon un article fascinant dans pdn (Photo District News) écrit par Kathleen Hay, Statigram a suivi le nombre de photos étiquetées « selfie », argot social pour autoportrait (oui, c’est une chose.) À 23 h PST le 28 décembre 2012, le nombre de selfies s’élevait à 5,5 millions. L’ego ne serait pas le même sans le « moi » dans les réseaux sociaux. Dans le même temps, les photos taguées « moi » ont complètement éclipsé « selfie » avec un nombre impressionnant de 72,6 millions d’autoportraits. Ensemble, vous commencez à comprendre à quel point l’egosystem devient important.

Dans l’article, Hay nous présente le Dr Jean M. Twenge, Ph.D. Professeur de psychologie et auteur de Generation Me et co-auteur de The Narcissism Epidemic: Living in the Age of Entitlement. Les titres à eux seuls indiquent que le consumérisme connecté n’a rien à voir avec les clients conventionnels que vous connaissiez autrefois. Pour mieux comprendre le nœud des selfies et du « moi » numérique, Twenge explique qu’au cœur du narcissisme se trouve cette invention ou aspiration que les gens sont meilleurs ou plus importants qu’en réalité. Dans le domaine numérique cependant, la perception est la réalité.

D’accord ou non, c’est votre client connecté. Et à bien des égards, vous et ceux que vous connaissez en faites partie. Sachant cela, il est temps d’obtenir des réponses.

Premièrement, comment pouvez-vous réinventer vos stratégies d’engagement pour vous aligner sur le « moi » dans les médias sociaux et l’inspirer afin que votre marque, votre promesse ou votre vision devienne une partie active de l’expression de soi ?

Deuxièmement, comment ma marque évoque-t-elle ou comment peut-elle évoquer une expérience qui suscite l’expression de soi ?

Enfin, comment ma marque fera-t-elle partie de l’ego et créera-t-elle une attraction gravitationnelle pour que les autres orbitent ?

Les réponses pourraient bien changer la façon dont vous voyez et engagez vos clients.

Crédit d’image de super-héros: Shutterstock